LE LAI DU CHEVREFEUIL

(texte original).

Marie de France (milieu du XIIème siècle - début du XIIIème siècle)

Asez me plest e bien le vueil
del lai qu’um nume Chievrefueil
que la verité vus en cunt
coment fu fez, de quei e dunt.
Plusur le m’unt cunté e dit
e jeo l’ai trové en escrit
de Tristram e de la reïne,
de lur amur ki tant fu fine,
dunt il ourent meinte dolur ;
puis en mururent en un jur.

Li reis Mars esteit curuciez,
vers Tristram, sun nevu, iriez ;
de sa terre le cungea
pur la reïne qu’il ama.
En sa cuntree en est alez.
En Suhtwales u il fu nez
un an demura tut entier,

ne pot ariere repairier ;
mes puis se mist en abandun
de mort e de destructiün.
Ne vus en merveilliez niënt :
kar cil ki eime leialment
mult est dolenz e trespensez,
quant il nen a ses volentez.
Tristram est dolenz e pensis :
pur ceo s’esmut de sun païs.
En Cornuaille vait tut dreit
la u la reïne maneit.
En la forest tuz suls se mist,
ne voleit pas qu’um le veïst.
En la vespree s’en eisseit,
quant tens de herbergier esteit.
Od païsanz, od povre gent
perneit la nuit herbergement.
Les noveles lur enquereit
del rei cum il se cunteneit.
Cil li diënt qu’il unt oï
que li barun erent bani,
a Tintagel deivent venir,
li reis i vuelt feste tenir,
a pentecuste i serunt tuit ;
mult i avra joie e deduit,
e la reïne od lui sera.

Tristram l’oï, mult s’en haita.
Ele n’i purra mie aler
qu’il ne la veie trespasser.
Le jur que li reis fu meüz
est Tristram el bois revenuz
sur le chemin que il saveit
que la rute passer deveit.
Une coldre trencha par mi,
tute quarree la fendi.
Quant il a paré le bastun,
de sun cultel escrit sun nun.
Se la reïne s’aparceit,
ki mult grant guarde s’en perneit,
de sun ami bien conuistra
le bastun quant el le verra ;
altre feiz li fu avenu
que si l’aveit aparceü.
Ceo fu la sume de l’escrit
qu’il li aveit mandé e dit,
que lunges ot ilec esté
e atendu e surjurné
pur espier e pur saveir
coment il la peüst veeir,
kar ne poeit vivre senz li.
D’els dous fu il tut altresi
cume del chievrefueil esteit

ki a la coldre se perneit :
quant il s’i est laciez e pris
e tut en tur le fust s’est mis,
ensemble poeent bien durer ;
mes ki puis les vuelt desevrer,
la coldre muert hastivemente li chievrefueilz ensement.
‘Bele amie, si est de nus :
ne vus senz mei ne jeo senz vus!’

La reïne vint chevalchant.
Ele esguarda un poi avant,
le bastun vit, bien l’aparceut,
tutes les letres i conut.
Les chevaliers, ki la menoënt
e ki ensemble od li erroënt,
cumanda tost a arester :
descendre vuelt e reposer.
Cil unt fait sun comandement.
Ele s’en vet luinz de sa gent ;
sa meschine apela a sei,
Brenguein, ki mult ot bone fei.
Del chemin un poi s’esluigna.
Dedenz le bois celui trova
que plus amot que rien vivant.
Entre els meinent joie mult grant.

A li parla tut a leisir,
e ele li dist sun plaisir ;
puis li mustra cumfaitement
del rei avra acordement,
e que mult li aveit pesé
de ceo qu’il l’ot si cungeé,
par encusement l’aveit fait.
A tant s’en part, sun ami lait ;
mes quant ceo vint al desevrer,
dunc comencierent a plurer.
Tristram en Wales s’en rala,
tant que sis uncles le manda.

Pur la joie qu’il ot eüe
de s’amie qu’il ot veüe
par le bastun qu’il ot escrit,
si cum la reïne l’ot dit,
pur les paroles remembrer,
Tristram, ki bien saveit harper,
en aveit fet un nuvel lai.
Asez briefment le numerai :
‘Gotelef’ l’apelent Engleis,
‘Chievrefueil’ le nument Franceis.
Dit vus en ai la verité,
del lai que j’ai ici cunté.

Le Lai du Chèvrefeuil (dans la traduction en français moderne de Françoise Morvan) dit par Sylvia Bergé, Céline Samie, Clotilde de Bayser, Elsa Lepoivre, Adeline d’Hermy, Marion Malenfant.


EN MAI, QUANT LI ROSSIGNOLEZ

Colin Muset (né vers 1210)

En mai, quant li rossignolez
Chante cler ou vert boissonet,
Lors m’estuet faire un flajolet* (une flûte),
Si le ferai d’un saucelet* (une branche de saule),
Qu’il m’estuet d’amors flajoler* (chanter, conter) 
Et chapelet de flor porter
Por moi deduire* (réjouir) et deporter (divertir, amuser)
Qu’adès ne doit on pas muser. 

L’autr’ier en mai, un matinet,
M’esveillerent li oiselet,
S’alai cuillir un saucelet,
Si an ai fait un flajolet ;
Mais nuns hons* (nul homme) n’en puet flajoler* (en jouer),
S’il ne fait par tout a löer
En bel despendre et en amer 
Sanz faintisë et sanz guiler* (tromperie).

Gravier* (nom ou prénom), cui je vi jolïet, (que je vois toujours joyeux)
Celui donrai mon chapelet.
De bel despendre s’entremet,  (qui sait bien dépenser)
En lui nen a point de regret,
Et por ce li vuil je doner
Qu’il ainme bruit de hutiner* (dispute, combat)
Et ainme de cuer sanz fauser ;  (et aime d’un coeur pur)
Ensi le covient il ovrer. (comme il convient de le faire)

La damoisele au chief blondet
Me tient tot gay et cointelet* (gracieux, agréable) ;
En tel joie le cuer me met
Qu’il ne me sovient de mon det.
Honiz soit qui por endeter
Laira* (de laisser) bone vie a mener !
Adès* (aussitôt) les voit on eschaper,
A quel chief qu’il doie torner.

L’en m’apele Colin Muset,
S’ai maingié maint bon chaponnet* (chapon),
Mainte haste* (viande rôtie, broches), maint gastelet* (petit gâteau)
En vergier et en praelet* (prairie),
Et quant je puis hoste trover
Qui vuet acroire et bien preter,
Adonc me preng a sejourner
Selon la blondete au vis cler* (doux visage).

N’ai cure de roncin lasser
Après mauvais seignor troter :
S’il heent* (haîssent) bien mon demander,
(S’ils détestent quand je demande, quémande)
Et je, cent tanz, lor refuser
(je deteste cent fois plus quand ils refusent)

En mai, quant lo rossignolez chanté par l'ensemble Syntagma sous la direction d'Alexandre Danilevski. Agnieszka Kowalczyk-Lombardi (soprano), Akiro Tachikawa (countertenor), Thais Ohara (vielle, rebec), Agileu Motta (lute, gittern), Bernhard Stilz (recorders), Anna Danilevski (recorders, vielle, tomba marina), Jean-Pierre Pinet (flute), Benoît Stasiaczyk (percussion), Alexandre Danilevski (lute, viol, vielle, cittern).


PAUVRE RUTEBEUF

Rutebeuf (1245-1285)

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Oh vent d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est avenu
Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné le Roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit sur moi quand bise vente
Le vent me vient
Le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Les emporta

Pauvre Rutebeuf chanté par Joan Baez (née en 1941), auteure-compositrice-interprète de chanson folk.


SUR LA TRISTESSE DU TEMPS PRÉSENT

Eustache Deschamps (1340-1404)

Je ne vois ami n'amie
Ni personne qui bien die;
Toute liesse défaut,
Tous cœurs ont pris par assaut
Tristesse et mélancolie.

Aujourd'hui n'est âme lie,
On ne chante n'esbanie,
Chacun cuide avoir défaut;
Li uns a sur l'autre envie
Et médit par jonglerie,
Toute loyauté défaut;

Honneur, amour, courtoisie,
Pitié, largesse est périe,
Mais convoitise est en haut
Qui fait de chacun versaut,
Dont joie est anéantie :
Je ne vois ami n'amie.

Sur la tristesse du temps présent dit par Pierre Bertin (1891-1984), acteur, metteur-en-scène et scénographe.Pensionnaire de la Comédie-Française dès 1923, il en est devenu sociétaire en 1931.


SEULETTE SUIS

Christine de Pisan (1364-1431)

Seulette suis, et seulette veux être,
Seulette m'a mon doux ami laissée.
Seulette suis, sans compagnon ni maître,
Seulette suis, dolente et courroucée,
Seulette suis, en langueur malaisée,
Seulette suis, plus que nulle égarée,
Seulette suis, sans ami demeurée.

Seulette suis, à huis ou à fenêtre,
Seulette suis, en un anglet muciée,
Seulette suis, pour moi de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien qui tant messiée,
Seulette suis, en ma chambre enserrée,
Seulette suis, sans ami demeurée.

Seulette suis, partout et en tout aître,
Seulette suis, que je marche ou je siée,
Seulette suis, plus qu'autre rien terrestre,
Seulette suis, de chacun délaissée,
Seulette suis, durement abaissée,
Seulette suis, souvent toute éplorée,
Seulette suis, sans ami demeurée.

Princes, or est ma douleur commencée :
Seulette suis, de tout deuil menacée,

Seulette suis, plus teinte que morée,
Seulette suis, sans ami demeurée.

Seulette suis dit par Véra Korène (1901-1996), actrice, sociétaire de la Comédie-Française en 1936.


RONDEAU

Charles d'Orléans (1394-1465)

Le temps a laissé son manteau 
De vent, de froidure et de pluie, 
Et s'est vêtu de broderie 
De soleil luisant, clair et beau.

Il n'y a de bête, ni oiseau 
Qu'en son jargon ne chante ou crie : 
« Le temps a laissé son manteau 
De vent, de froidure et de pluie. »

Rivière, fontaine et ruisseau 
Portent, en livrée jolie, 
Gouttes d'argent d'orfèvrerie, 
Chacun s'habille de nouveau : 
Le temps a laissé son manteau.

Rondeau mis en musique par Serge Arbiol et chanté par le trio Sélima.


L'EPITAPHE DE VILLON OU "BALLADE DES PENDUS"

François Villon (1431-1463)

Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

"Ballade des pendus" : montage sonore.


LA DIVE BOUTEILLE

François Rabelais (1483-1532)

O Bouteille,
Pleine toute
De mystères,
D'une oreille
Je t'écoute :
Ne diffère,
Et le mot profère
Auquel pend mon cœur
En la tant divine liqueur,
Qui est dedans tes flancs reclose,
Bacchus, qui fut d'Inde vainqueur,
Tient toute vérité enclose.
Vin tant divin, loin de toi est forclose
Toute mensonge et toute tromperie.
En joie soit l'aire de Noach close,
Lequel de toi nous fit la tempérie.
Sonne le beau mot, je t'en prie,
Qui me doit ôter de misère.
Ainsi ne se perde une goutte
De toi, soit blanche ou soit vermeille.
O Bouteille,
Pleine toute
De mystères,
D'une oreille
Je t'écoute :
Ne diffère.

La Dive bouteille dit par Alain Carré.


J'AIME UNE AMIE ENTIÈREMENT PARFAITE

Marguerite de Navarre (1492-1549)

J'aime une amie entièrement parfaite,
Tant que j'en sens satisfait mon désir.
Nature l'a, quant à la beauté, faite
Pour à tout oeil donner parfait plaisir ;
Grâce y a fait son chef d'oeuvre à loisir,
Et les vertus y ont mis leur pouvoir,
Tant que l'ouïr, la hanter et la voir
Sont soeurs témoins de sa perfection :
Un mal y a, c'est qu'elle peut avoir
En corps parfait coeur sans affection.

PLUS J'AI D'AMOUR PLUS J'AI DE FÂCHERIE

Plus j'ai d'amour plus j'ai de fâcherie,
Car je n'en vois nulle autre réciproque ;
Plus je me tais et plus je suis marrie,
Car ma mémoire, en pensant, me révoque
Tous mes ennuis, dont souvent je me moque
Devant chacun, pour montrer mon bon sens ;
A mon malheur moi-même me consens,
En le célant, par quoi donc je conclus
Que, pour ôter la douleur que je sens,
Je parlerai mais je n'aimerai plus.

J'aime une amie entièrement parfaite et Plus j'ai d'amour plus j'ai de fâcherie dits dans le cadre de l'émission l’émission « Les petits renaissants », par Marcel Lupovici, diffusée le 25 octobre 1953 sur la Chaîne Nationale.


DE SA GRANDE AMIE

Clément Marot (1496-1544)

Dedans Paris, Ville jolie,
Un jour passant mélancolie
Je pris alliance nouvelle
A la plus gaie damoiselle
Qui soit d'ici en Italie.

D'honnêteté elle est saisie,
Et crois selon ma fantaisie
Qu'il n'en est guère de plus belle
Dedans Paris.

Je ne vous la nommerai mie
Sinon que c'est ma grand amie,
Car l'alliance se fit telle,
Par un doux baiser, que j'eus d'elle,
Sans penser aucune infamie
Dedans Paris.

De sa grande amie dit par Jacques Fabbri (1925-1997), acteur et réalisateur. 


AU LECTEUR

Maurice Scève (1501-1564)

Le vain travail de voir divers pays
Apporte estime à qui vagabond erre,
Combien qu’il perde à changer ciel, et terre,
Ses meilleurs jours du temps larron trahis :
 
Ce temps perdu peut aux plus ébahis
Gagner encor son mérite, et acquerre
Son loyer dû, que mieux peuvent conquerre
Veille, et labeur d’oisiveté haïs.
 
Ainsi errant dessous ce cours Solaire
Tardif je tâche inutile à te plaire
Ne mendiant de toi autre faveur.
 
Ainsi le Lys jà flétri refleuronne,
Et le Figuier rejette sur l’Automne
Son second fruit, mais vert, et sans saveur.

Au lecteur dit par Fernand Ledoux (1897-1993), acteur de théâtre et de cinéma. Il fut également professeur au Conservatoire nationale d'art dramatique où il eut pour élève Suzanne Flon, Claude Brosset et Guy Tréjean.


SONNET

Pernette du Guillet (1518-1545)

Quand vous voyez, que l'étincelle
Du chaste Amour sous mon aisselle
Vient tous les jours à s'allumer,
Ne me devez-vous bien aimer ?

Quand vous me voyez toujours celle,
Qui pour vous souffre, et son mal cèle,
Me laissant par lui consumer,
Ne me devez-vous bien aimer ?

Quand vous voyez, que pour moins belle
Je ne prends contre vous querelle,
Mais pour mien vous veux réclamer,
Ne me devez-vous bien aimer ?

Quand pour quelque autre amour nouvelle
Jamais ne vous serai cruelle,
Sans aucune plainte former,
Ne me devrez-vous bien aimer ?

Quand vous verrez que sans cautelle
Toujours vous serai été telle
Que le temps pourra affermer,
Ne me devrez-vous bien aimer ?

(Chanson II)

Quand vous voyer que l'étincelle dit par Sylvia Bergé (née en 1962), comédienne, sociétaire de la Comédie-Française, également active dans la chanson et le doublage.


LE BONHEUR DE CE MONDE

Christophe Plantin (1520-1589)

Avoir une maison commode, propre et belle,
Un jardin tapissé d'espaliers odorans,
Des fruits, d'excellent vin, peu de train, peu d'enfans,
Posseder seul sans bruit une femme fidèle,

N'avoir dettes, amour, ni procès, ni querelle,
Ni de partage à faire avecque ses parens,
Se contenter de peu, n'espérer rien des Grands,
Régler tous ses desseins sur un juste modèle,

Vivre avecque franchise et sans ambition,
S'adonner sans scrupule à la dévotion,
Dompter ses passions, les rendre obéissantes,

Conserver l'esprit libre, et le jugement fort,
Dire son chapelet en cultivant ses entes,
C'est attendre chez soi bien doucement la mort.

SOUS TON HAULT FRONT ...

Pontus du Tyard (1521-1605)

Souz ton hault front, qui le clair ciel ressemble,
Sont deux soleilz gracieux & luisans,
Et deux sourcilz leurs rayons conduisans,
Aux mouuemens desquelz (las) mon cœur tremble.

Ton blanc visage, ou ton beau teint s’assemble,
Ta bouche faite en deux couraux plaisans,
Ton bien parler sur tous les bien disans,
Et ton doulx ris doucement mon cœur emble.

Ta beauté veult, ta grace me commande
Que ie te serue: Et mon affection
En ton endroit à iamais sera telle:

Que peur de mort, torment de passion,
Tristesse, dueil, ou peine, tant soit grande,
N’esteindra point mon amour immortelle.

AMOUR M'A FAIT VASSAL SOUS TON EMPIRE ...

Sous ton hault front et Amour m'a fait vassal sous ton empire dits dans le cadre de l'émission l’émission « Les petits renaissants », par Marcel Lupovici, diffusée le 8 novembre 1953 sur la Chaîne Nationale.



FRANCE, MERE DES ARTS, DES ARMES ET DES LOIS

Joachim du Bellay (1522-1560)

France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
France, France, réponds à ma triste querelle.
Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine,
Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
Ils ne craignent le loup, le vent ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

France, mère des arts, des armes et des lois dit par François Vibert (1891-1978), acteur de théâtre et de cinéma.


HEUREUX QUI COMME ULYSSE ...

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

Heureux qui comme Ulysse dit par Yves Gasc (1930-2018), acteur et poète, il fut sociétaire honoraire de la Comédie-Française où il interpréta les plus grands rôles du répertoire.


MIGNONNE, ALLONS VOIR SI LA ROSE

Pierre de RONSARD (1524 - 1585)

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Mignonne, allons voir si la rose mis en musique par Jehan de Chardavoine (1538-1580) et interprété par le groupe vocal baroque The King's Singers et l'ensemble The Consort of Musicke dirigé par Anthony Rooley. 


Ô DOUX REGARDS, Ô YEUX PLEINS DE BEAUTE

Louise Labé (1524-1566)

Ô doux regards, ô yeux pleins de beauté,
Petits jardins pleins de fleurs amoureuses
Où sont d'Amour les flèches dangereuses,
Tant à vous voir mon oeil s'est arrêté !

Ô coeur félon, ô rude cruauté,
Tant tu me tiens de façons rigoureuses,
Tant j'ai coulé de larmes langoureuses,
Sentant l'ardeur de mon coeur tourmenté !

Doncques, mes yeux, tant de plaisir avez,
Tant de bons tours par ces yeux recevez ;
Mais toi, mon coeur, plus les vois s'y complaire.

Plus tu languis, plus en as de souci,
Or devinez si je suis aise aussi,
Sentant mon oeil être à mon coeur contraire.

Ô doux regards, ô yeux pleins de beauté dit par Suzanne Flon (1918-2005), actrice de théâtre et de cinéma dont la voix si caractéristique, chaude et légèrement pointue, demeure gravée dans notre mémoire.


L'ARONDE

Rémy Belleau (1528-1577)

Voici l'aronde passagère
Qui de son aile printanière
Chassant les glaces de l'hiver
Rend sereins et l'air et la mer :
Puis de sa bouchette cornue
Ainsi que d'un petit marteau
Maçonne et creuse le berceau
Pour la jeune et tendre venue
Du petit emplumé bétail,
Qu'elle musse, quand elle arrive
D'outre-mer, sous une solive
Ou sous la voûte d'un portail...

L'Aronde dit par Louis Velle (né en 1926), acteur de télévision et de cinéma, formé au Conservatoire.


J'AY TANT VESCU, CHÉTIF, EN MA LANGUEUR

Etienne la Boétie (1530-1563)

J'ay tant vescu, chetif, en ma langueur,
Qu'or j'ay veu rompre, et suis encor en vie.
Mon esperance avant mes yeulx ravie,
Contre l'escueil de sa fiere rigueur.

Que m'a servy de tant d'ans la longueur ?
Elle n'est pas de ma peine assouvie :
Elle s'en rit, et n'a point d'aultre envie
Que de tenir mon mal en sa vigueur.

Doncques j'auray, mal'heureux en aymant,
Tousjours un coeur, tousjours nouveau torment,
Je me sens bien que j'en suis hors d'alaine,

Prest à laisser la vie soubs le faix :
Qu'y feroit on, sinon ce que je fais ?
Piqué du mal, je m'obstine en ma peine.

J'ay tant vescu, chétif, en ma langueur dit par Georges Pérec (), écrivain et verbicruciste, membre de l'OULIPO.


COMME UN QUI S'EST PERDU DANS LA FOREST PROFONDE

Etienne Jodelle (1532-1573)

Comme un qui s'est perdu dans la forest profonde
Loing de chemin, d'orée et d'adresse, et de gens :
Comme un qui en la mer grosse d'horribles vens,
Se voit presque engloutir des grans vagues de l'onde :

Comme un qui erre aux champs, lors que la nuict au monde
Ravit toute clarté, j'avois perdu long temps
Voye, route, et lumiere, et presque avec le sens,
Perdu long temps l'object, où plus mon heur se fonde.

Mais quand on voit, ayans ces maux fini leur tour,
Aux bois, en mer, aux champs, le bout, le port, le jour,
Ce bien present plus grand que son mal on vient croire.

Moy donc qui ay tout tel en vostre absence esté,
J'oublie, en revoyant vostre heureuse clarté,
Forest, tourmente, et nuict, longue, orageuse, et noire.

Comme un qui s'est perdu dans la forest profonde mis en musique et chanté par Poé'zic.


DE ROSE

Jean-Antoine de Baïf (1532-1589)

Ce n'est point la paquerete,
La marguerite, le lis,
L'oeillet ny la violete,
La fleur où mon coeur j'ay mis.

J'aime entre les fleurs la rose,
Car elle porte le nom
D'une qui mon ame a close
A toute autre affection.

La rose entre les fleurétes
Gagne l'honeur et le pris :
Parféte entre les parfétes
Est la Rose qui m'a pris.

L'autre rose l'on voit nestre,
Comme fille du printems,
Mais un printems prend son estre
De cette Rose en tout tems.

La mienne, où queue se place
Cent mille fleurs fèt lever,
Et, fust-ce dessus la glace,
Fêt un aeté de l'yver.

Cette Rose tant émée
Comme l'autre ne sera,
Qui de matin estimée
Au soir se destimera.

Car l'autre rose fanie
Pourra perdre sa vigueur :
Tousjours la mienne épanie
Florira dedans mon coeur.

Amour de douce rosée
Cette Rose arousera
Quand ma compagne épousée
De maîtresse il la fera.

De rose dit par Sapho (Danielle Ebguy, née en 1950), chanteuse, romancière et poètesse.


JE ME TROUVE ET ME PERS, JE M'ASSEURE ET M'EFFROYE

Etienne Jodelle (1532-1573)

Je me trouve et me pers, je m'asseure et m'effroye
En ma mort je revis je vois sans penser voir,
Car tu as d'éclairer et d'obscurcir pouvoir,
Mais tout orage noir de rouge eclair flamboye.

Mon front qui cache et monstre avec tristesse, joye,
Le silence parlant, l'ignorance au sçavoir,
Tesmoignent mon hautain et mon humble devoir,
Tel est tout coeur, qu'espoir et désespoir guerroye.

Fier en ma honte et plein de frisson chaleureux,
Blasmant, louant, fuyant, cherchant l'art amoureux,
Demi-brut, demi-dieu, je fuis devant ta face,

Quand d'un oeil favorable et rigoureux, je croy,
Au retour tu me vois, moy las ! qui ne suis moy :
Ô clair-voyant aveugle, ô Amour, flamme et glace !

Je me trouve et me pers, je m'asseure et m'effroye dit par René Clermont (1921-1994), acteur et metteur-en-scène français. 


PHILIS, QUAND JE REGARDE AU TEINS PROMPT ET LÉGER

Jean Vauquelin de la Fresnaye (1535-1607)

Philis, quand je regarde au tems promt et leger
Qui derobe soudain nos coulantes années,
Je commence à conter les saisons retournées,
Qui viennent tous les jours nos beaux jours abreger.

Car ja quarante fois nous avons veu loger
Le soleil au Lion des plus longues journées,
Depuis que nous avons nos amours demenées
Soubz la foy qui nous fist l'un à l'autre engager.

Et puis ainsi je dis : "O Dieu, qui tiens unie
De si ferme union nostre amitié benie,
Permets que jeune en nous ne vieillisse l'Amour ;

Permets qu'en t'invoquant, comme jusqu'à cet heure,
Augmente nostre Amour d'amour tousjour meilleure,
Et telle qu'au premier, soit-elle au dernier jour !"

Montage sonore de Philis, quand je regarde au teins prompt et léger.


HYMNE A LA TERRE

Guillaume de Saluste du Bartas (1544-1590)

... Je te salue, ô Terre porte-grains,
Porte-or, porte-santé, porte-habits, porte-humains,
Porte-fruicts, porte-tours, alme, belle, immobile,
Patiente, diverse, odorante, fertile,
Vestue d'un manteau tout damassé de fleurs
Passementé de flots, bigarré de couleurs.
Je te salue, ô coeur, racine, baze ronde,
Pied du grand animal qu'on appelle le Monde,
Chaste espouse, du Ciel, asseuré fondement
Des estages divers d'un si grand bastiment.
Je te salue, ô soeur, mere, nourrice, hostesse
Du Roy des animaux. Tout, ô grande princesse,
Vit en faveur de toy. Tant de cieux tournoyans
Portent pour t'esclairer leurs astres flamboyans ;
Le feu pour t'eschauffer sur les flotantes nues
Tient ses pures ardeurs en arcade estendues ;
L'air pour te refreschir se plait d'estre secoux
Or' d'un aspre Borée, or' d'un Zephyre doux ;
L'eau, pour te destremper, de mers, fleuves, fonteines
Entrelasse ton corps tout ainsi que de veines. ...

Hymne à la terre dit par Jean Martin (1922-2009), acteur de théâtre et de cinéma. Il a débuté au théâtre sous la direction de Roger Blin, dans des créations des pièces de Samuel Beckett, Eugène Ionesco et Arthur Adamov.


VOUS N'AIMEZ RIEN QUE VOUS, DE VOUS MÊME MAÎTRESSE

Philippe Desportes (1546-1606)

Vous n'aimez rien que vous, de vous-même maîtresse,
Toute perfection en vous seule admirant,
En vous votre désir commence et va mourant,
Et l'amour seulement pour vous-même vous blesse.

Franche et libre de soin, votre belle jeunesse
D'un oeil cruel et beau mainte flamme tirant,
Brûle cent mille esprits qui votre aide implorant
N'éprouvent que fierté, mépris, haine et rudesse.

De n'aimer que vous-même est en votre pouvoir,
Mais il n'est pas en vous de m'empêcher d'avoir
Votre image en l'esprit, l'aimer d'amour extrême ;

Or l'Amour me rend vôtre, et si vous ne m'aimez,
Puisque je suis à vous, à tort vous présumez,
Orgueilleuse beauté, de vous aimer vous-même.

Vous n'aimez rien que vous, de vous même maîtresse dit par Eric Génovèse (né en 1967), acteur et metteur-en-scène, sociétaire de la Comédie-Française.


STANCE IX - LIBERTE DOUCE ET GRÂCIEUSE

Théodore Aggripa d'Aubigné (1552-1630)

Liberté douce et gracieuse,
Des petits animaux le trésor,
Ah liberté, combien es-tu plus précieuse
Ni que les perles ni que l'or !

Suivant par les lois à la chasse
Les escureux sautans, moi qui estoit captif,
Envieux de leur bien, leur malheur je prochasse,
Et un pris un entier et vif.

J'en fis présent à ma mignonne
Qui lui tressa de soie un cordon pour prison ;
Mais les frians apas du sucre qu'on luy donne
Luy sont plus mortelz que poison.

Les mains de neige qui le lient,
Les attraians regars qui le vont decepvant
Plustost obstinement à la mort le convient
Qu'estre prisonnier et vivant.

Las ! commant ne suis-je semblable
Au petit escurieu qui estant arresté
Meurt de regretz sans fin et n'a si agréable
Sa vie que sa liberté ?

Ô douce fin de triste vie
De ce cueur qui choisist la mort pour les malheureux,
Qui pour les surmonter sacrifie sa vie
Au regret des champs et des fleurs !

Liberté douce et grâcieuse dit par Alexandre Rignault(1901-1985),acteur de théâtre et de cinéma. 


CONSOLATION A M.DUPERIER SUR LA MORT DE SA FILLE

François de Malherbe (1555-1628)

Ta douleur, Du Perrier, sera donc éternelle ?
Et les tristes discours
Que te met en l'esprit l'amitié paternelle
L'augmenteront toujours ?

Le malheur de ta fille au tombeau descendue
Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale où ta raison perdue
Ne se retrouve pas ?

Je sais de quels appas son enfance était pleine,
Et n'ai pas entrepris,
Injurieux ami, de soulager ta peine
Avecque son mépris.

Mais elle était du monde, où les plus belles choses
Ont le pire destin ;
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L'espace d'un matin.

Puis quand ainsi serait que, selon ta prière,
Elle aurait obtenu
D'avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
Qu'en fût-il avenu ?

Penses-tu que plus vieille en la maison céleste
Elle eût eu plus d'accueil,
Ou qu'elle eût moins senti la poussière funeste
Et les vers du cercueil ?

Non, non, mon Du Perrier ; aussitôt que la Parque
Ôte l'âme du corps,
L'âge s'évanouit au-deçà de la barque,
Et ne suit point les morts.

Tithon n'a plus les ans qui le firent cigale ;
Et Pluton aujourd'hui,
Sans égard du passé, les mérites égale
D'Archemore et de lui.

Ne te lasse donc plus d'inutiles complaintes :
Mais, sage à l'avenir,
Aime une ombre comme ombre, et des cendres éteintes
Eteins le souvenir.

C'est bien, je le confesse, une juste coutume
Que le cœur affligé,
Par le canal des yeux vidant son amertume,
Cherche d'être allégé.

Même quand il advient que la tombe sépare
Ce que nature a joint,
Celui qui ne s'émeut a l'âme d'un barbare,
Ou n'en a du tout point.

Mais d'être inconsolable et dedans sa mémoire
Enfermer un ennui,
N'est-ce pas se haïr pour acquérir la gloire
De bien aimer autrui ?

Priam, qui vit ses fils abattus par Achille,
Dénué de support
Et hors de tout espoir du salut de sa ville,
Reçut du réconfort.

François, quand la Castille, inégale à ses armes,
Lui vola son Dauphin,
Sembla d'un si grand coup devoir jeter des larmes
Qui n'eussent point de fin.

Il les sécha pourtant, et, comme un autre Alcide,
Contre fortune instruit,
Fit qu'à ses ennemis d'un acte si perfide
La honte fut le fruit.

Leur camp, qui la Durance avait presque tarie
De bataillons épais,
Entendant sa constance, eut peur de sa furie,
Et demanda la paix.

De moi déjà deux fois d'une pareille foudre
Je me suis vu perclus ;
Et deux fois la raison m'a si bien fait résoudre,
Qu'il ne m'en souvient plus.

Non qu'il ne me soit grief que la terre possède
Ce qui me fut si cher ;
Mais en un accident qui n'a point de remède
Il n'en faut point chercher.

La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles :
On a beau la prier ;
La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles,
Et nous laisse crier.

Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre,
Est sujet à ses lois ;
Et la garde qui veille aux barrières du Louvre
N'en défend point nos rois.

De murmurer contre elle et perdre patience
Il est mal à propos ;
Vouloir ce que Dieu veut est la seule science
Qui nous met en repos.

Consolation à M.Dupérier sur la mort de sa fille dit par Jean Davy (1911-2001) comédien. Ancien sociétaire de la Comédie-Française, Jean Davy a aussi prêté sa voix à de nombreux films.


MAIS SI FAUT-IL MOURIR !

Jean de Sponde (1557-1595)

Mais si faut-il mourir ! et la vie orgueilleuse,
Qui brave de la mort, sentira ses fureurs ;
Les Soleils hâleront ces journalières fleurs,
Et le temps crèvera cette ampoule venteuse.

Ce beau flambeau qui lance une flamme fumeuse,
Sur le vert de la cire éteindra ses ardeurs ;
L’Huile de ce Tableau ternira ses couleurs,
Et ces flots se rompront à la rive écumeuse.

J’ai vu ces clairs éclairs passer devant mes yeux,
Et le tonnerre encor qui gronde dans les Cieux,

Où, d’une ou d’autre part, éclatera l’orage.
J’ai vu fondre la neige, et ses torrents tarir,
Ces lions rugissants, je les ai vus sans rage.
Vivez, hommes, vivez, mais si faut-il mourir.

Montage sonore de Mais si faut-il mourir ! Musique : Musica ricercata, IV Tempo di valse, de György Ligeti (1923-2006).


AU VENT

Honoré d'Urfé (1567-1625)

Doux Zéphyr que j'entends errer folâtrement
Entre les crins aigus de ces plantes hautaines,
Puis, éveillant aux prés les fleurs par tes haleines,
D'un larcin glorieux tu te vas parfumant,

Si jamais la pitié te donna mouvement,
Oublie en ma faveur ici tes douces peines,
Et t'en vas dans le sein de ces fertiles plaines,
Plaines où j'ai laissé tout mon contentement.

Va, mais porte avec toi mes amoureuses plaintes,
Qui bien souvent aux pleurs ont ces roches contraintes,
Seul et dernier plaisir à tant de déplaisirs.

Là tu pourras cueillir sur ses lèvres jumelles
Des odeurs et des fleurs plus douces et plus belles,
Mais rapporte-les-moi pour nourrir mes désirs.

Au vent dit par Bernadette Le Saché (née en 1950), actrice de théâtre et de cinéma. Pensionnaire de la Comédie-Française de 1977 à 1981, elle a été surtout connue pour son rôle de Anne-Marie Le Goff dans le Cheval d'Orgueil de Claude Chabrol.


SATIRE XIX

Mathurin Régnier (1573-1613)

Je discours des neiges d’antan,
Je prens au nid le vent d’autan,
Je pète contre le Tonnerre,
Aux papillons je fais la guerre,
Je compose Almanachs nouveaux,
De rien je fais brides à Veaux,
A la SJean je tends aux Grues,
Je plante des pois par les rues,
D’un baston je fais un cheval,
Je voy courir la Seine à val,
Et beaucoup de chosesbeau sire,
Que je ne veux et n’ose dire.

Satire XIX dit par Eric Ruf (né en 1969), acteur, scénographe, sociétaire et administrateur de la Comédie-Française.


CHANSON

François Maynard (1582-1646)

Je ne puis souffrir les Esprits
Dont l'impudente rêverie
Ne prêche rien que le mépris
Du vin, et de l'ivorgnerie.

Dès que la nuit reprend son tour
Je m'enferme dans la taverne ;
Et n'en pars jamais que le jour
N'y fasse pâlir ma lanterne.
Je veux mourir au cabaret,
Entre le blanc et le clairet.

Chanson dit par Jacques Charon (1920-1975), acteur et metteur-en-scène. Il entra en 1941 à la Comédie-Française où il effectua l'essentiel de sa carrière.


STANCE A THIRSIS

Honorat Bueil de Racan (1589-1670)

Thirsis, il faut penser à faire la retraite :
La course de nos jours est plus qu'à demi faite.
L'âge insensiblement nous conduit à la mort.
Nous avons assez vu sur la mer de ce monde
Errer au gré des flots notre nef vagabonde ;
Il est temps de jouir des délices du port.

Le bien de la fortune est un bien périssable;
Quand on bâtit sur elle on bâtit sur le sable.
Plus on est élevé, plus on court de dangers :
Les grands pins sont en butte aux coups de la tempête
Et la rage des vents brise plutôt le faîte
Des maisons de nos rois que les toits des bergers.

Ô bienheureux celui qui peut de sa mémoire
Effacer pour jamais ce vain espoir de gloire
Dont l'inutile soin traverse nos plaisirs,
Et qui, loin, retiré de la foule importune,
Vivant dans sa maison content de sa fortune,
A selon son pouvoir mesuré ses désirs.

Il laboure le champ que labourait son père ;
Il ne s'informe point de ce qu'on délibère
Dans ces graves conseils d'affaires accablés ;
Il voit sans intérêt la mer grosse d'orages,
Et n'observe des vents les sinistres présages
Que pour le soin qu'il a du salut de ses blés.

Roi des passions, il a ce qu'il désire,
Son fertile domaine est son petit empire ;
Sa cabane est son Louvre et son Fontainebleau ;
Ses champs et ses jardins sont autant de provinces,
Et sans porter envie à la pompe des princes,
Se contente chez lui de les voir en tableau.

Il voit de toute part combler d'heur sa famine,
La javelle à plein poing tomber sous la faucille,
Le vendangeur ployer sous le faix des paniers ;
Et semble qu'à l'envi les fertiles montagnes,
Les humides vallons et les grasses campagnes
S'efforcent à remplir sa cave et ses greniers.

Il suit aucunes fois un cerf par les foulées,
Dans ces vieilles forêts du peuple reculées
Et qui même du jour ignorent le flambeau ;
Aucunes fois des chiens il suit les voix confuses
Et voit enfin le lièvre, après toutes ses ruses,
Du lieu de sa naissance en faire son tombeau.

Tantôt il se promène au long des fontaines,
De qui les petits flots font luire dans les plaines
L'argent de leurs ruisseaux parmi l'or des moissons ;
Tantôt il se repose avecque les bergères
Sur des lits naturels de mousse et de fougères,
Qui n'ont d'autres rideaux que l'ombre des buissons.

Il soupire en repos l'ennui de sa vieillesse
Dans ce même foyer où sa tendre jeunesse
A vu dans le berceau ses bras emmaillotés.
Il tient par les moissons registre des années,
Et voit de temps en temps, leurs courses enchaînées,
Vieillir avecque lui les bois qu'il a plantés.

Il ne va point fouiller aux terres inconnues,
A la merci des vents et des ondes chenues,
Ce que nature avare a caché de trésors,
Et ne recherche point, pour honorer sa vie,
De plus illustre mort ni plus digne d'envie
Que de mourir au lit où ses pères sont morts.

Il contemple du port les insolentes rages
Des vents de la faveur, auteurs de nos orages,
Allumer des mutins les desseins factieux,
Et voit en un clin d'oeil, par un contraire échange,
L'un déchiré du peuple au milieu de la fange,
Et l'autre en même temps élevé dans les cieux.

S'il ne possède point ces maisons magnifiques,
Ces tours, ces chapiteaux, ces superbes portiques,
Où la magnificence étale ses attraits,
Il jouit des beautés qu'ont les saisons nouvelles,
Il voit de la verdure et des fleurs naturelles
Qu'en ces riches lambris l'on ne voit qu'en portraits.

Crois-moi, retirons-nous hors de la multitude
Et vivons désormais loin de la servitude
De ces palais dorés où tout le monde accourt.
Sous un chêne élevé, les arbrisseaux s'ennuient
Et devant le soleil tous les astres s'enfuient
De peur d'être obligés de lui faire la cour.

Après qu'on a suivi sans aucune assurance
Cette vaine faveur qui nous paît d'espérance,
L'envie en un moment tous nos desseins détruit.
Ce n'est qu'une fumée, il n'est rien de si frêle ;
Sa plus belle moisson est sujette à la grêle
Et souvent elle n'a que des fleurs pour du fruit.

Agréables déserts, séjour de l'innocence,
Où, loin des vanités, de la magnificence,
Commence mon repos et finit mon tourment,
Vallons, fleuves, rochers, plaisante solitude,
Si vous fûtes témoins de mon inquiétude,
Soyez-le désormais de mon contentement.

Stances à Thirsis dit par Aimé Clariond (1894-1959), acteur de théâtre et de cinéma.


LE MATIN

Théophile de Viau (1590-1626)

La lune fuit devant nos yeux ;
La nuit a retiré ses voiles ;
Peu à peu le front des étoiles
S'unit à la clarté des Cieux

Déjà la diligente avette
Boit la marjolaine et le thym,
Et revient riche du butin
Qu'elle a pris sur le mont Hymette.

Je vois les agneaux bondissants
Sur ces blés qui ne font que naître ;
Chloris, chantant, les mène paître ;
Parmis ces coteaux verdissants.

Le Matin dit par Mony Dalmès (1914-2006), actrice, sociétaire de la Comédie-Française.


LA NUIT

Marc-Antoine Girard de Saint-Amant (1594-1661)

Paisible et solitaire Nuit, 
Sans Lune et sans Étoiles, 
Renferme le Jour qui me nuit 
Dans tes plus sombres voiles ; 
Hâte tes pas, Déesse exauce-moi, 
J'aime une Brune comme toi.
_______________________

Lugubre courrier du destin,
Effroi des âmes lâches
Qui si souvent, soir et matin,
M'éveilles et me fâches
Va faire ailleurs engeance de démon
Ton vain et tragique sermon.
________________________ 

Tous ces vents qui soufflaient si fort
Retiennent leurs haleines, 
Il ne pleut plus, la foudre dort, 
On n'oit que les fontaines, 
Et le doux son de quelques luths charmants
Qui parlent au lieu des Amants.

La Nuit mis en musique par Jacques Leguerney (1906-1997), compositeur français, et chanté par Bruno Laplante (né en 1938), baryton, récitaliste et chanteur d'opéra, producteur et directeur artistique de spectacles. 


ET LA MER ET L'AMOUR ONT LA MER POUR PARTAGE

Pierre de Marbeuf (1596-1645)

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

Et l'amour et la mer ont l'amer pour partage, montage vidéo et sonore.

IL FAUT FINIR MES JOURS EN L'AMOUR D'URANIE

Vincent Voiture (1597-1648)

Il faut finir mes jours en l'amour d'Uranie,
L'absence ni le temps ne m'en sauraient guérir,
Et je ne vois plus rien qui me pût secourir,
Ni qui sût r'appeler ma liberté bannie.

Dès long-temps je connais sa rigueur infinie,
Mais pensant aux beautés pour qui je dois périr,
Je bénis mon martyre, et content de mourir,
Je n'ose murmurer contre sa tyrannie.

Quelquefois ma raison, par de faibles discours,
M'incite à la révolte, et me promet secours,
Mais lors qu'à mon besoin je me veux servir d'elle ;

Après beaucoup de peine, et d'efforts impuissants,
Elle dit qu'Uranie est seule aimable et belle,
Et m'y r'engage plus que ne font tous mes sens.

Il faut finir mes jours en l'amour d'Uranie dit par Eugénie Jolie.


SONNET SUR UN TOMBEAU

Tristan Lhermitte (1601-1655)

Celle dont la dépouille en ce marbre est enclose
Fut le digne sujet de mes saintes amours.
Las ! depuis qu'elle y dort, jamais je ne repose,
Et s'il faut en veillant que j'y songe toujours.

Ce fut une si rare et si parfaite chose
Qu'on ne peut la dépeindre avec l'humain discours ;
Elle passa pourtant de même qu'une rose,
Et sa beauté plus vive eut des termes plus courts.

La Mort qui par mes pleurs ne fut point divertie
Enleva de mes bras cette chère partie
D'un agréable tout qu'avait fait l'amitié.

Mais, ô divin esprit qui gouvernais mon âme,
La Parque n'a coupé notre fil qu'à moitié,
Car je meurs en ta cendre et tu vis dans ma flamme.

Sonnet sur un tombeau dit par Denis Podalydès (né en 1963), acteur et metteur-en-scène, sociétaire de la Comédie-Française. 


ÉPITAPHE DE SCARRON

Paul Scarron (1610-1660)

Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie,
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.


Passant, ne fais ici de bruit
Garde bien que tu ne l'éveille :
Car voici la première nuit
Que le pauvre Scarron sommeille.

Montage sonore de Epitaphe de Scarron.


MADAME, JE VOUS DONNE ...

Isaac de Benserade (1612-1691)

Madame, je vous donne un oiseau pour étrenne
Duquel on ne saurait estimer la valeur ;
S’il vous vient quelque ennui, maladie ou douleur,
Il vous rendra soudain à votre aise et bien saine.

Il n’est mal d’estomac, colique ni migraine
Qu’il ne puisse guérir, mais surtout il a l’heur
Que contre l’accident de la pâle couleur
Il porte avecque soi la drogue souveraine.

Une dame le vit dans ma main, l’autre jour
Qui me dit que c’était un perroquet d’amour,
Et dès lors m’en offrit bon nombre de monnoie ;

Des autres perroquets il diffère pourtant
Car eux fuient la cage, et lui, il l’aime tant
Qu’il n’y est jamais mis qu’il n’en pleure de joie.

Montage sonore de Madame, je vous donne ...


LE CORBEAU ET LE RENARD

Jean de la Fontaine (1621 - 1695)

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Le Corbeau et le Renard dit par Louis de Funès (1914-1982), acteur, scénariste et producteur.


LE LABOUREUR ET SES ENFANTS

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

 

Le Laboureur et ses enfants dit par André Brunot (1879-1873) comédien, metteur en scène et administrateur de la Comédie-Française.

LES DEUX AMIS

Deux vrais amis vivaient au Monomotapa : 
L'un ne possédait rien qui n'appartînt à l'autre :
Les amis de ce pays-là
Valent bien, dit-on, ceux du nôtre.
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil,
Et mettait à profit l'absence du soleil,
Un de nos deux Amis sort du lit en alarme ; 
Il court chez son intime, éveille les Valets :
Morphée avait touché le seuil de ce palais.
L'ami couché s'étonne, il prend sa bourse, il s'arme ;
Vient trouver l'autre, et dit : Il vous arrive peu
De courir quand on dort ; vous me paraissez homme
A mieux user du temps destiné pour le somme :
N'auriez-vous point perdu tout votre argent au jeu ?
En voici. S'il vous est venu quelque querelle,
J'ai mon épée, allons. Vous ennuyez-vous point
De coucher toujours seul ? Une esclave assez belle
Était à mes côtés ; voulez-vous qu'on l'appelle ?
Non, dit l'ami, ce n'est ni l'un ni l'autre point :
Je vous rends grâce de ce zèle.
Vous m'êtes en dormant un peu triste apparu ;
J'ai craint qu'il ne fût vrai, je suis vite accouru.
Ce maudit songe en est la cause.
Qui d'eux aimait le mieux ? Que t'en semble, lecteur ?
Cette difficulté vaut bien qu'on la propose.
Qu'un ami véritable est une douce chose!
Il cherche vos besoins au fond de votre coeur ;
Il vous épargne la pudeur 
De les lui découvrir vous-même.
Un songe, un rien, tout lui fait peur
Quand il s'agit de ce qu'il aime.

Les Deux amis dit par Roger Rudel (1921-2008), acteur, connu pour être la voix française de Kirk Douglas dans de nombreux films.


SUR LA MORT

Laurent Drelincourt (1626-1680)

En tout tens, en tout lieu, sur la Terre et sur l'Eau,
Ressouvien toy, Mortel, que tu dois te résoudre
A voir, au premier Vent, éteindre ton Flambeau,
Et que ton Vase d'or, doit enfin, se dissoudre.

Jeune et vieus, riche et pauvre, est soumis au Tombeau ;
Les Lauriers les plus vers sont sujets à la Foudre ;
Ton corps, ce riche Habit, ce Chef-d'oeuvre si beau,
Doit tomber dans la Fosse, et retourner en Poudre.

Chrétien, si ce Tableau t'imprime de l'Horreur,
C'est icy le moyen d'en bannir la Terreur,
Et de braver la Mort, et toute sa Puissance.

Embrasse, par la Foy, l'heureuse Eternité,
Et mets en ton Sauveur ton unique Espérance ;
Mourant, tu revivras dans l'Immortalité.

Montage sonore de Sur la mort.


POÈME DE SCEAUX, chant premier.

Philippe Quinault (1635-1688)

J’estois dans les Jardins de l’aimable Demeure,
Ou le Mecene des François
Vient voir l’esclat des fleurs, et l’ombrage des bois,
Quand ses soins redoublez ont mênagé quelque heure
Sur le temps de ses grands Emplois.
Ce jour mesme, il devoit s’y rendre
Et je me promenois en resvant pour l’attendre.
Je me fis un amusement
D’observer le grand Bastiment
Qui s’eleve au milieu de ce sejour champestre ;
J’admiray mille fois ce Chefdœuvre des Arts
Dont la beauté sans pompe enchante les regards,
Et semble, en se montrant craindre de trop paraistre,
Comme si la Maison vouloit de toutes parts
Faire également reconnaistre
La sage modestie, et la grandeur du Maistre.

J’allois essayer, par mes vers,
De tracer les charmes divers
D’une Architecture si belle ;
J’avois le crayon a la main.
Lors qu’une aventure nouvelle
Me fit prendre un nouveau dessein.

Je me vis aborder par une Nymphe aimable :
Mes yeux furent surpris de l’esclat admirable
Dont elle fit briller tous les lieux d’alentour :
Mille fleurs ornoient son passage,
Et mille oiseaux par leur ramage
A l’envy luy faisoient la cour.

Quitte, dit-elle, une entreprise
Que tu ne dois point achever ;
Le choix d’une Déesse à qui je suis soumise
Pour un autre dessein t’a voulu reserver.
Cent merveilles icy se trouvent reunies ;
Il faut plus d’une main, il faut divers genies
Pour en bien exprimer les charmes differents :
Je doy te faire voir ce que tu dois descrire ;
Avec tes efforts les plus grands
A peine y pourras tu suffire.

Ces beaux lieux sont cheris de la Divinité
Qui s’éveillant, quand tout sommeille,
Escarte, d’une main vermeille,
La plus espaisse obscurité :
Et pour le bien du monde, active et diligente,
Avec une douce clarté,
Rallume du Soleil la lumiere esclatante.

Sa faveur me prefere aux Nymphes de sa Cour ;
Et dans ce tranquile sejour
Je me fais de luy plaire une soigneuse estude ;
Lors qu’elle a satisfait aux ordres du Destin
Elle vient sans esclat, dans cette Solitude,
Se delasser le soir des travaux du matin.

Poème de Sceaux dit par Népocumène Tricotin.


ART POÉTIQUE

Nicolas Boileau (1636-1711)

Il est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d'un nuage épais toujours embarrassées ;
Le jour de la raison ne le saurait percer.
Avant donc que d'écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Surtout qu'en vos écrits la langue révérée
Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.
En vain, vous me frappez d'un son mélodieux,
Si le terme est impropre ou le tour vicieux :
Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme,
Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme.
Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin
Est toujours, quoi qu'il fasse, un méchant écrivain.

Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse,
Et ne vous piquez point d'une folle vitesse :
Un style si rapide, et qui court en rimant,
Marque moins trop d'esprit que peu de jugement.
J'aime mieux un ruisseau qui, sur la molle arène,
Dans un pré plein de fleurs lentement se promène,
Qu'un torrent débordé qui, d'un cours orageux,
Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux.
Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. [...]

(Chant I)

Art poétique dit par Cathrine Ferran (née en 1945), actrice, principâlement de théâtre. Elle est sociétaire honoraire de la Comédie-Française.


ENTRE DEUX DRAPS

Antoinette Deshoulières (1638-1694)

Entre deux draps de toile belle et bonne,
Que très souvent on rechange, on savonne,
La jeune Iris, au cœur sincère et haut,
Aux yeux brillants, à l'esprit sans défaut,
Jusqu'à midi volontiers se mitonne.

Je ne combats de goûts contre personne,
Mais franchement sa paresse m'étonne ;
C'est demeurer seule plus qu'il ne faut
Entre deux draps.

Quand à rêver ainsi l'on s'abandonne,
Le traître amour rarement le pardonne :
À soupirer on s'exerce bientôt :
Et la vertu soutient un grand assaut,
Quand une fille avec son cœur raisonne
Entre deux draps.

Entre deux draps mis en musique et chanté par Jean-Louis Murat (né en 1952), auteur-compositeur-interprète et Isabelle Huppert (née en 1953), actrice de théâtre et de cinéma.

Allo allo j'écoute! - OnVaSortir! Nancy

Source des notices accompagnant les vidéos : wikipédia.